Le 6 décembre à Paris, rencontre avec les acteurs de la campagne numérique de Barack Obama

#PDFFrance, le Storify résumé de la conférence

Internet actu : “PDF France (1/2) : nouvelles formes d’e-inclusions”

Le Personal Democracy Forum, qui s’est tenu pour la quatrième année consécutive en France, sous le titre “Made with(out) : tous acteurs du numérique” a été dominé par le thème de l’e-inclusion, celui de l’intégration des populations exclues du numérique, et pas seulement, comme on va le voir par manque d’accès au réseau. On a vu se succéder, à un rythme très rapide (bon nombre de présentations n’excédaient pas 10 minutes), une multitude de projets concernant les minorités (dont certaines sont majoritaires, comme les femmes !) qui connaissent des difficultés d’empowermentdans le monde numérique.

… Lire la suite dans Internet actu : http://www.internetactu.net/2014/06/20/pdf-france-12-nouvelles-formes-de-inclusions/

Made With(out), le Storify de #PDFFrance par @Pdf_Europe

Le digital labor ? Antonio Casilli à #PDFFrance

Antonio A. CASILLI est maître de conférences en Digital Humanities àTelecom ParisTech (Institut Mines Telecom) et chercheur en sociologie auCentre Edgar-Morin (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris).  Il est l’auteur de Les liaisons numériques (Ed. du Seuil, 2010) et le co-auteur deAgainst the Hypothesis of the End of Privacy (Springer, 2014). Animateur du blog de recherche Bodyspacesociety et de la veille Twitter @bodyspacesoc, il est invité régulier sur Radio France Culture.
(Crédit photo : © Ulf Andersen)

image

Les fins d’Internet ? Boris Beaude à #PDFFrance

Boris Beaude est chercheur au laboratoire Chôros de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne. Il questionne la dimension spatiale d’Internet et plus particulièrement les enjeux politiques de son émergence et de son appropriation. Ses recherches portent sur les modalités pratiques de l’interaction sociale et sur Internet comme espace contemporain d’information, de production et de collaboration.

Avant de rejoindre l’EPFL, il a été maître de conférences pendant huit ans à l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris. Il a récemment été auditionné au Sénat dans le cadre de la stratégie de l’Union européenne dans la gouvernance mondiale d’Internet. Il a publié Internet, changer l’espace, changer la société (FYP, 2012), Les fins d’Internet (FYP, 2014) et de nombreux textes relatifs aux enjeux sociétaux d’Internet.

Il tweete ici : @nofluxin

Kwame Yamagnane, Directeur général adjoint école 42 

Kwame est depuis des années l’un des plus proches collaborateurs de Nicolas. Avant de lancer 42 avec Xavier, Nicolas et Florian, il a participé aux débuts d’Epitech et a mené une carrière entièrement dédiée à l’IT en tant qu’entrepreneur et au sein de SSII. Son histoire et sa nature empathique l’ont conduit à développer une fibre sociale marquée. Il s’implique particulièrement auprès des jeunes de la Web@cademie, lancée conjointement par Nicolas et François Benthanane (ZupDeCo). Ce pilier de 42, « simple mortel » passionné de Kendo et de bonne chère, rappelle volontiers ses deux devises : « Liberté, Egalité, Fraternité » et « J’ai pas atteint 2 m et 120 Kg en mangeant de la salade ! »

La devise de la France est Liberté, Egalité, Fraternité.

L’initiative que nous prenons aujourd’hui s’inscrit dans cette droite ligne. Si l’on regarde l’état de la France et en particulier celui de l’enseignement supérieur, on ne peut qu’être alarmé. L’intégration des jeunes diplômés en entreprise ne fonctionne pas, même pour les très grandes écoles. Notre modèle d’ascenseur social par l’éducation est à l’arrêt, l’OCDE nous classant même parmi les pays les plus mauvais dans le domaine de l’accessibilité des études.

Lorsque l’enseignement supérieur et avec lui notre pays ont ainsi un genou à terre, il est important de lancer des initiatives fortes, comme la création de 42.

L’objectif, c’est d’apporter à plus de jeunes la pédagogie que nous développons avec succès depuis 10 ans maintenant dans le domaine de l’enseignement de l’informatique. Une pédagogie qui ne réserve pas la réussite à une élite sociale comme c’est actuellement le cas dans l’enseignement supérieur. En décidant la gratuité de l’école, nous avons voulu aller au bout de cette logique pour multiplier autant ces cas de réussite dont nous avons été les témoins dans le cadre de nos fonctions antérieures mais qui sont encore trop isolés.

On a vu des jeunes qui venaient de classe sociales extrêmement modestes, des caissières dans la grande distribution, des personnes sans le bac, des gens issus des plus obscures banlieues, avoir des réussites exceptionnelles dans de grands groupes ou en tant qu’entrepreneurs, là où pourtant leur bulletin scolaire ne les promettait qu’au chômage.

Aujourd’hui la filière informatique bac +5 compte quelques 6 à 7.000 inscrits en moyenne. 42 ce n’est pas rien, c’est dès maintenant 1.000 places supplémentaires et gratuites. 42, c’est donc le contraire du déterminisme, tout sauf ce ‘quelque chose’ au-dessus de vous, qui guide vos choix et vous prédestine sans que vous ne puissiez intervenir. Avec 42 c’est votre travail qui va vous permettre de vous échapper.

Mon histoire familiale est liée à ce système éducatif français qui savait servir notre devise, mener à bien cette mission juste. Aujourd’hui, avec Xavier, Nicolas et Florian nous renvoyons l’ascenseur. Nous proposons quelque chose d’unique et singulier. Quelle que soit votre classe sociale. Que vous ayez ou pas le BAC. Ce n’est plus le portefeuille de vos parents qui va dicter votre réussite, c’est votre travail. Et croyez-moi, si vous êtes courageux vous serez récompensé.

Elisabeth Schneider : “Digital Native, les ados n’y croient pas”

Élisabeth Schneider (@elisschneider) est docteure en géographie, chercheure associée au laboratoire ESO, (UMR 6590) qualifiée en sciences de l’information et de la communication et en sciences de l’éducation. Elle est à présent Chargée de Mission en “pédagogie du numérique et des médias” pour l’ESPE de Basse-Normandie, responsable d’un parcours enseignement en Master à l’université de Caen. Ses recherches portent sur les usages du numérique des adolescents , la manière dont ils se construisent avec l’ensemble des outils disponibles entre papier et numérique. Elle s’intéresse ainsi à la culture adolescente et ses enjeux actuels pour l’apprentissage et l’identité mais en utilsant l’ethnographie, à la manière de Danah Boyd en passant du temps avec les adolescents dont on a tendance à croire ce que les industries médiatiques veulent nous en dire..
Membre du GRCDI (Groupe de Recherche sur la Culture et la Didactique de l’Information)et de l’ANR TRANSLIT (recherche sur la translittératie). Elle a rédigé sa thèse sur  l’économie scripturale adolescente : enquête sur les usages de l’écrit de lycéens  et a contribué à l’ouvrage Culture Num’ sous la direction d’Hervé le Crosnier.

Girl Power 3.0, Natacha Quester-Séméon à #PDFFrance

Natacha Quester­-Séméon est entrepreneuse, co­fondatrice et CEO de l’agence youARhere, spécialisée dans la création de projets innovants, de sites et applications mobiles dans le domaine de la culture, du tourisme et du divertissement, ainsi que dans le conseil en stratégie digitale et sociale.

youARhere est éditeur de CultureClic, une application culturelle et touristique, en partenariat contenus avec le Ministère de la Culture, la BNF et la RMN, elle a été téléchargée plus de 500 000 fois.

Evangéliste de l’Internet et des nouveaux usages depuis les débuts du Web, elle est à la fois journaliste, vidéo blogueuse et chroniqueuse radio et entrepreneure.

Créé en 2003, le blog MemoireVive.tv a été l’un des tout premiers vidéo­blog au monde. Il a été accrédité presse par les partis politiques en 2007.

Une connaissance du potentiel de la révolution digitale également acquise à travers l’association humaniste Les Humains Associés, dont le site web, lancé en 1994 à Imagina, compte parmi les 15 000 premiers sites de l’histoire du web.

En 2007, elle a co­fondé Girl Power 3.0, un club d’influence féminin indépendant qui a pour vocation d’encourager la présence des femmes dans l’écosystème, l’innovation et l’entrepreneuriat.

Ce savoir­ faire et cet enthousiasme, elle le met au service de ses clients, projets et de certaines causes.

Astrid de Villaines (LCP) à #PDFFrance

Journaliste à LCP et à Radio Classique, Astrid de Villaines chronique l’actualité politique vue du net et des réseaux sociaux. Elle est aussi journaliste web pour lcp.fr.

Elle modèrera la dernière séquence de la journée au CNAM. 

François Huguet (Telecom ParisTech) à #PDFFrance

François Huguet est doctorant au département Sciences Économiques et Sociales de Telecom ParisTech (UMR CNRS 5141 - LTCI - CoDesign Lab & Media Studies). Ses recherches concernent les nouvelles formes d’infrastructures de télécommunication et les enjeux sociopolitiques des architectures informatiques distribuées. Il vise à souligner le nouveau statut des acteurs dans des structures informatiques ubiquitaires mais également à étudier l’élaboration de discours sur l’informatique pervasive et les infrastructures de communication décentralisées et autonomes. Sa thèse s’appuie notamment sur une ethnographie du déploiement de réseaux sans fil communautaires à Détroit et prend place au croisement de la sociologie, des STS et des sciences de l’information et de la communication.